Photographie de sports, photojournalisme et médias sociaux
categories: Liban, Photojournalisme
tags:

Une sélection de photos des reportages au Liban est maintenant en ligne sur le site :

  • les dégats de la marée noire : plusieurs mois après la fin du conflit les traces de la marée noire due aux bombardement sont toujours visibles et impactent toujours la vie de certains pêcheurs.
  • Beyrouth : lors de la guerre de cet été la ville de Beyrouth a été relativement épargnée. Les traces que l’on rencontre le plus sont celles des nombreuses guerres précédentes et des années de guerre civile.
    Malgré tous ces problèmes et une certaine insécurité, la vie continue normalement, les gens continuent à pecher le long de la corniche, les luxueux immeubles continuent a pousser comme des champignons.
  • Après la guerre … au Sud Liban : il reste des traces visibles pour de nombreuses années : maisons détruites, villages partiellement rasés, cimetière construit au milieu d’un village à la mémoire des victimes de Canaa, victimes de bombes a sous munitions, équipes de démineurs, …
category: Liban
tags:

Pour se loger, ce ne sont pas les options qui manquent. Petit compte rendu basé sur mon expérience :
Version économique / routard : Regis Hotel
Le Lonely Planet dit de cet hotel “next to an old bomb site and looking a little war-weary and the room are pretty clean”. De 25 à 35$ la chambre c’est effectivement pas très cher pour se loger en ville d’autant plus que l’hôtel est situé à 2 minutes de la mer, relativement clean (du moins par rapport aux normes en vigueur dans la région) et pour le war-weary je pense que les photos sont explicites.
Les 20 chambres disposent une sdb privée, de l’eau chaude en permanence, tv satellite (une 100 aine de chaines), air conditionné et chauffage.

sm_20061106_0003_beyrouth1.jpg

read more »

categories: Liban, Photojournalisme
tags:

Pour ces derniers jours, des images mais pas bcp de texte. En effet j’ai oublié mon carnet de notes à l’hôtel et donc difficile de donner tous les détails sur ces images (et certaines images se passent de commentaire)
Cette maison a été touché par des bombardements Israeliens lors de la guerre (on est entre Tyr et Qana), entre autres par des BASM M42. Les alentours de la maison ont été nettoyés par l’armée libanaise et des volontaires et est relativement sur, néanmoins impossible d’aller dans les champs. Les paysans de cette région vivent principalement de la culture du Tabac et des olives, hors avec le danger que présentent les BASM un grand nombre de champs ne peuvent plus être utilisés pour le moment.

sm_20061115_0006_liban10_bw.jpg

sm_20061115_0016_liban10_bw.jpg

A énormément d’endroits au sud Liban on trouve des “trésors de guerre” du Hezbollah; des armes prises à l’armée Israélienne lors des invasions précédentes.

sm_20061115_0024_liban10.jpg

read more »

categories: Liban, Photojournalisme
tags:

Lundi normalement le programme prévoyait de s’occuper du nord, mais ici un planning est fait pour être chamboulé (en fonction des événements). Hier et aujourd’hui ont été consacrés au Liban sud.
Hier donc première percée vers le sud du Liban (au dela de SAida) qui a été la partie la plus concernée par la guerre. Rapidement on sait ou on mets les pieds, des affiches, étendards sont la pour l’indiquer.

sm_20061114_0004_liban9.jpg

L’armée libanaise est présente en nombre, installée aux carrefours, mais il est rare de se faire arrêter / contrôler. De temps en temps on croise un véhicule de la FINUL et d’une ONG (déminage principalement); le reste des véhicules sont donc des libanais qui circulent en bus, taxi, voiture privée.
Les infrastructures routières ont été fortement endommagées lors du conflit, cela se voit encore aujourd’hui. Pour aller de Beyrouth à Tyr, la grande ville du sud a une 70aine de km, on est certainement dévié une dizaine de fois à cause des ponts / routes détruits. On quitte donc la pour en empruter une autre (dans le bon sens ou a l’envers tout dépend) et contourner l’obstacle.

Hier après midi, visite à l’hôpital Jabal Amel de Tyr, pour rencontrer des médecins qui s’occupent principalement des blessés par les bombes à sous munitions (BASM). Ils ont reçu plusieurs dizaines de patients depuis la fin de la guerre, la plupart souffrent de polytraumatismes et sont principalement touchés aux extrémités (mains, pieds), mais pour le moment il n’y a personne hospitalisé ici à cause des BASM.

Durant la guerre, l’hôpital a accueilli plus de 1000 blessés. Il accueillait également environ 200 réfugiés en permanence qu’ils essayaient de nourrir le mieux possible, pour ces réfugiés l’hôpital était souvent une halte avant de continuer leur exil vers le nord (Saida, Beyrouth).

L’hôpital a pu fonctionner a peu près normalement grâce à une certaine préparation (due à l’habitude …); dès les 1ers jours de la guerre, la cafétéria a été transformée pour stocker des médicaments. L’électricité n’a pas été un problème jusqu’à une dizaine de jours de la fin du conflit, à partir de ce moment la, l’hôpital a du utiliser ses générateurs.

Retour ce matin dans le sud. Comme il pleut tout le trafic est ralenti, les routes sont encore pires que d’habitude, les nids de poule (d’autruche ?) noyés dans la flotte ce qui fait qu’on ne les voit pas et qu’on explose une jante …
Passage à Qana, village bombardé par l’armée israélienne (comme d’autres villages) mais surtout le bombardement est considéré par certaines comme un crime de guerre car l’armée a bombardé un bâtiment ou s’étaient réfugiés des civils; bilan 29 tués principalement des enfants. Aujourd’hui le site du bombardement a été complètement nettoyé et les victimes ont été enterrées à proximité.

sm_20061114_0014_liban9.jpg

sm_20061114_0018_liban9_bw.jpg

L’après midi, nouveau passage l’hôpital pour rencontrer une victime de BASM. Hassan Ali, 17 ans du village de Tairdeppa (environ 50 min de Tyr) a été touché hier soir par des éclats semblant provenir d’une BASM alors qu’il marchait sur un chemin pour rejoindre des amis. Il se souvient vaguement de l’explosion mais pas de ce qui s’est passé après.
Il est blessé à la main droite et à l’épaule; il s’en tire relativement bien par rapport à d’autres victimes et devrait pouvoir quitter l’hôpital d’ici 2 jours.

sm_20061114_0030_liban9_bw.jpg

Ensuite rencontre avec une famille du village de Aitet. Ils ont quitté le village dès le 1er jour de la guerre. D’abord réfugiés à l’hopital de Tyr durant 11 jours, ils ont ensuite fui vers les montagnes. Le village a été relativement épargné, aucune victime civile a déplorer, les seules victimes sont 2 combattants du Hezbollah décédés.
Toutes les maisons ont eut leurs vitres soufflées. Mais tout doucement la vie reprends son cours.

category: Liban
tags:

Quelques photos et pas beaucoup de texte aujourd’hui.
Encore un hôtel ou il ne doit pas être possible de loger vu le look de la façade et le manque d’entretien

sm_20061110_0014_beyrouth5.jpg

Pigeon Rocks (la grotte aux pigeons en français) sous différents angles

sm_20061110_0026_beyrouth5.jpg

sm_20061110_0032_beyrouth5.jpg

Le vieux phare

sm_20061110_0044_beyrouth5.jpg

Des pêcheurs à la ligne à la tombée du jour

sm_20061110_0053_beyrouth5.jpg
categories: Liban, Photojournalisme
tags:

Aujourd’hui nouvelle balade dans Beyrouth, sous le soleil et toujours dans les gaz d’échappements; traversée de Hamra, Manara, Ras Beirut (différents quartiers de la ville) pour aller vers Rawsheh rock, les rochers aux pigeons. Il n’y a pas plus de pigeons là qu’ailleurs mais l’endroit est intéressant au niveau touristique.

sm_20061108_0035_beyrouth3.jpg

sm_20061108_0039_beyrouth3.jpg

En tournant un peu dans le coin, on remarque que la région n’a pas été épargnée par la guerre … et pourtant on ne voit pas de bâtiments détruits; il faut plutôt chercher au niveau de la mer pour s’en rendre contre.
L’une des premières action de l’armée israélienne lors de la guerre de cet été a été de bombarder l’aéroport (civil) de Beyrouth et des réservoirs de carburant. Le carburant de ces réservoirs a brulé et/ou s’est répandu dans la mer et a provoqué des marées noires à différents endroits de la côte.
Certaines zones sont relativement propres (naturellement ou suite à un nettoyage), mais d’autres conservent encore les traces de cet été mouvementé et elles les conserveront vraisemblablement longtemps.
Cela a aussi un autre impact, certains petits ports étant (encore) englués dans le pétrole les petits pêcheurs ne sortent plus en mer.

sm_20061108_0014_beyrouth3.jpg

sm_20061108_0027_beyrouth3.jpg

sm_20061108_0030_beyrouth3.jpg
category: Liban
tags:

Aujourd’hui promenade dans Beyrouth, principalement du coté de ‘Downtown’ pour aller à l’ambassade et puis Hamra pour aller se balader.
Pour aller dans à l’ambassade, j’ai croisé énormément de soldats en armes qui fermaient des rues, surveillaient des carrefours.
L’ambassade se trouve dans le ‘bloc A’ rue Emir Bechir, évidement arrivé devant un batiment bloc A pas d’ambassade de Belgique …
Quelques allers et retours plus tard dans cette rue (en étant fouillé à chaque fois) et quelqu’un finit par savoir ou ce trouve l’ambassade (yesss…).
J’ai donc rempli le petit formulaire pour signaler ma présence et j’ai recu une invitation pour aller à la réception pour la fête du roi le 15 (oups j’ai oublié mon costard à la maison …) et un document m’expliquant les procédures d’urgence.
La procédure d’urgence ne devrait pas servir tout de suite, les libanais (du moins certains d’entre eux) sont certains qu’un conflit avec leur voisin du sud (aka Israel) se produira à nouveau, mais il ne pensent pas que ca se produise avant 4 / 5 ans.

Au retour, quelques photos pour montrer l’évolution de Beyrouth, malgré la guerre des nouveaux building continuent à apparaitre dans la ville

sm_20061107_0002_beyrouth2.jpg

sm_20061107_0007_beyrouth2.jpg

ce qui n’empêche pas les buildings avec des traces du passé de rester en grand nombre.
La grande tour à gauche, c’est (ou plutôt c’était) l’hôtel Holliday Inn, à coté se trouve l’un des hôtels les plus chers de Beyrouth (Phoenicia)

sm_20061107_0012_beyrouth2.jpg

A proximité du site ou le 1er ministre Hariri a été tué dans un attentat, la zone est totalement dévastée et gardée par l’armée rn permanence; mais est laissée en l’état pour le moment.

sm_20061107_0024_beyrouth2_bw.JPG

Autres cicatrices entre mon hotel et le Palm Beach, un ancien hotel qui a mal vécu une guerre précédente

sm_20061107_0029_beyrouth2_bw.JPG

L’après midi direction opposée pour aller au ministère du tourisme, passer devant l’université américaine de Beyrouth.
Hamra est un quartier très animé avec une circulation automobile infernale, un code de la route toujours aussi spécial et des odeurs de gaz d’échappement qui ne sont pas terribles.

On dirait que les habitants ont un énorme passion pour la pêche, on rencontre des pêcheurs tout le long du front de mer, depuis le matin jusqu’à après la tombée de la nuit.

sm_20061107_0052_beyrouth2.jpg
category: Liban
tags:

L’avion partant relativement tôt (lundi 7h25) j’ai passé la nuit précédant le départ au Sheraton à l’aéroport. Prix raisonnable, grand lit douillet et surtout moins de 500m a faire entre la chambre et le comptoir d’embarquement.
Alors que je m’attendais à des problèmes avec mon bagage a main peu hors gabarit (et trop lourd) on ne m’a rien demandé. Les problèmes c’était pour plus tard …

Ca a commencé aux contrôles de sécurité qui étaient plus stricts depuis quelques heures. La ou l’attente durerait normalement 5 minutes, il a fallu faire la file durant près d’une heure (donc pour ceux qui partent bientôt, il faut prévoir pas mal de temps pour passer la sécurité 😉 ).
Je suis arrivé a temps pour l’embarquement, ce qui n’était pas le cas de tous les passagers, l’avion a donc eut du retard au décollage. Arrivée à Milan un peu en retard, mais pas ca n’aurait pas du être problématique pour la correspondance.

L’avion Milan-Beyrouth (quasiment plein) est finalement parti avec plus d’une heure de retard sur l’horaire prévu suite à un problème de bagages (ils ont ressortis tous les bagages pour en extraires ceux des passagers qui avaient raté l’avion devant les amener a Milan). Arrivée à Beyrouth en retard (logique), passage de la sécurité et récupération des bagages sans problème particulier.

A la sortie de l’aéroport il n’y a que les taxis “officiels” autorisés qui reversent une comm à l’aéroport et sont donc plus chers que la normale, ca m’apprendra j’aurais du accepter la proposition de l’hôtel d’envoyer un taxi c’était 50% moins cher…

Ensuite discussion avec le chauffeur de taxi qui ne savait pas exactement ou se trouve l’hôtel, maintenant il saura ou c’est pour la prochaine fois 😉
La conduite au Liban m’a tout l’air d’être du suicide, les gens roulent n’importe comment, ne respectent pas le code de la route; encore faudra-t-il qu’un tel code existe ce qui n’a pas l’air d’être certain …
Pour venir de l’aéroport on traverse une partie de la ville, c’est assez impressionnant de voir des ruines et les nombreux impacts de balles qui parsèment encore de nombreuses façades (ça ne date pas de la guerre de cet été mais des guerres précédentes et des guerres le Liban en a connu quelques unes entre 1975 et 2000)

Arrivée a l’hôtel quelques minutes plus tard, il est situé dans la rue du Palm Beach mais c’est pas le même standing :), par contre ca veut dire qu’il est vraiment pas loin de la mer et de la Corniche. Effectivement depuis ma chambre au 4ème, entre les immeubles on peut voir la mer.
Pour l’instant je suis au Regis Hotel, le Lonely Planet dis de cet hôtel “next to an old bomb site and looking a little war-weary … and the room are pretty clean”, ca avait donc l’air d’un bon plan. C’est effectivement pas très cher, relativement clean (du moins par rapport aux normes en vigueur dans la région) et pour le war-weary je pense que les photos sont explicites. C’est d’ailleurs assez étonnant de voir de grand hotels juste à coté de ces ruines, ruines qu’on retrouve un peu partout le long de la corniche

sm_20061106_0003_beyrouth1.jpg

sm_20061106_0004_beyrouth1.jpg

sm_20061106_0007_beyrouth1.jpg

sm_20061106_0013_beyrouth1.jpg

sm_20061106_0015_beyrouth1.jpg

A part ca le staff est sympa et l’hôtel est bien fréquenté 😉 il y a un autre photographe américain et j’ai croisé un fixer/guide/interprète mais je sait pas (encore) si je vais passer 3 semaines ici ca fait un peu camping quand même (et je “regrette” de pas avoir pris de sac de couchage : faire 1 lit 2 personnes avec des draps qui ont la taille d’un lit une personne c’est loin d’être évident …).

category: Liban
tags:

Niveau papiers, en tant que Belge c’est assez simple il faut un passeport valide et un visa (et pas de traces d’Israel dans le passeport).
Le visa de tourisme peut s’obtenir à l’aéroport ou à l’ambassade. En théorie il est gratuit à l’aéroport, l’ambassade dit qu’il est payant et certains visiteurs ont eut des expériences partagées.
Pour le faire à l’ambassade, aucun doute il est payant (un visa 1 entrée vaut 39 €) et s’obtient en 24H. Il y a juste une petite fiche a remplirl; sur cette fiche il faut indiquer l’adresse ou on va séjourner (pas oublier de prendre l’info avec soi sinon …).

Le guichet est ouvert de 9 à 13h.
Ambassade du Liban
2, Rue Guillaume-Stocq
1050 Bruxelles.
Tél. : 02-645-77-60

Reste ensuite à trouver un moyen de transport pour y arriver.
A défaut d’être écologique / économique l’avion est le moyen le plus facile d’y arriver.
Différentes compagnies permettent de faire Bruxelles – Beyrouth assez facilement :
Air France via Paris
Alitalia via Milan ou Rome
Lufthansa via Frankfurt
Syrian Air qui propose des vols directs (mais couteux et peu nombreux apparement)

category: Liban
tags:

pour les avoir facilement sous la main :

Météo plutot orageuse pour le moment
Routard
Hotels : Al-Nazih | Sea Side Flats | University Hotel | Talal New Hotel
Presse : L’orient le Jour | The Daily Star LB